Assemblée Générale de la société anonyme : maîtriser les rouages du fonctionnement

L’Assemblée Générale (AG) est un moment clé dans la vie d’une société anonyme (SA), car elle permet aux actionnaires de prendre des décisions importantes pour l’entreprise. Il est donc essentiel de comprendre comment fonctionne une AG afin de garantir la transparence et l’efficacité des processus décisionnels. Dans cet article, nous vous proposons un tour d’horizon complet du fonctionnement des Assemblées Générales d’une SA.

Les différentes typologies d’Assemblées Générales

Dans une société anonyme, il existe trois types d’Assemblées Générales :

  • L’Assemblée Générale Ordinaire (AGO) est un rendez-vous annuel obligatoire qui a pour objectif principal d’approuver les comptes de l’exercice écoulé, de décider sur l’affectation du résultat et d’approuver la gestion des dirigeants;
  • L’Assemblée Générale Extraordinaire (AGE) est convoquée pour statuer sur des décisions majeures ayant un impact sur le capital social, telles que la modification des statuts, la fusion ou la dissolution de la société;
  • L’Assemblée Générale Mixte combine à la fois les caractéristiques d’une AGO et d’une AGE.

La convocation et l’organisation des Assemblées Générales

La convocation à une Assemblée Générale doit respecter certaines règles de forme et de délai. Elle est généralement réalisée par le Conseil d’Administration ou le Directoire, selon la gouvernance de la société. La convocation doit contenir l’ordre du jour, la date, l’heure et le lieu de l’Assemblée, ainsi que les conditions d’admission et de participation pour les actionnaires.

Dans une SA, les actionnaires disposent d’un droit de vote proportionnel à leur participation dans le capital social. Ils peuvent voter en personne lors de l’Assemblée, par correspondance ou par procuration. Les actionnaires peuvent également poser des questions écrites aux dirigeants avant l’Assemblée, auxquelles ils devront répondre lors de celle-ci.

Le déroulement des Assemblées Générales

Lors d’une AG, plusieurs étapes sont à suivre :

  1. La constitution du bureau : il est présidé par le président du Conseil d’Administration ou du Directoire et se compose généralement d’un secrétaire (le plus souvent un actionnaire) et de scrutateurs (actionnaires désignés pour vérifier les votes);
  2. L’examen des rapports : les dirigeants présentent les comptes annuels, la situation financière et les perspectives d’évolution de la société. Les commissaires aux comptes présentent leur rapport sur les comptes;
  3. Les questions des actionnaires : ces derniers ont la possibilité de poser des questions aux dirigeants et aux commissaires aux comptes;
  4. Le vote des résolutions : les actionnaires votent sur les différentes résolutions présentées à l’ordre du jour. La majorité requise pour adopter une résolution dépend du type d’Assemblée (simple majorité en AGO, majorité renforcée en AGE);
  5. La proclamation des résultats : le président annonce les résultats des votes et clôture l’Assemblée.

Les obligations légales liées aux Assemblées Générales

Les sociétés anonymes sont soumises à certaines obligations légales en matière d’Assemblées Générales, notamment :

  • Tenir au moins une AGO par an dans les six mois suivant la clôture de l’exercice;
  • Rédiger un procès-verbal de chaque Assemblée, signé par les membres du bureau et conservé dans un registre spécial;
  • Déposer les comptes annuels et le rapport des commissaires aux comptes au greffe du Tribunal de commerce;
  • Informer les actionnaires des décisions prises lors de l’Assemblée, par voie de communiqué ou d’insertion dans un journal d’annonces légales.

Les enjeux et défis des Assemblées Générales à l’ère numérique

Avec l’évolution des technologies, les Assemblées Générales se modernisent également. Ainsi, il est désormais possible pour les actionnaires de participer à distance, par visioconférence ou par conférence téléphonique. Cependant, cela soulève des questions quant à la sécurisation des votes et au respect des règles de transparence.

De plus, les sociétés anonymes sont incitées à adopter des pratiques de gouvernance plus responsables et durables. Ainsi, les actionnaires peuvent être amenés à jouer un rôle de vigilance accrue sur des sujets tels que la rémunération des dirigeants, l’éthique des affaires ou l’impact environnemental de l’entreprise.

En somme, l’Assemblée Générale est un moment crucial pour une société anonyme, permettant aux actionnaires d’exercer leur pouvoir de décision et d’influer sur la stratégie de l’entreprise. Maîtriser le fonctionnement des AG est donc essentiel pour garantir une gouvernance équilibrée et responsable au sein de la société.

A découvrir également  La cession d'un fonds de commerce : Tout ce que vous devez savoir