Légalisation de la gestation pour autrui : vers une meilleure régulation de la pratique

La légalisation de la gestation pour autrui (GPA) est un sujet de débat récurrent dans de nombreux pays, soulevant des enjeux éthiques, juridiques et sociaux. Cet article se propose d’examiner les arguments en faveur d’une légalisation encadrée de cette pratique, ainsi que les mécanismes qui permettraient d’assurer une protection adéquate des droits et intérêts des parties concernées.

Qu’est-ce que la gestation pour autrui ?

La gestation pour autrui consiste à ce qu’une femme accepte de porter un enfant pour le compte d’un couple ou d’une personne seule qui ne peut pas concevoir naturellement ou par recours aux techniques conventionnelles de procréation médicalement assistée. La GPA peut être réalisée avec les gamètes du couple demandeur (GPA complète), ou avec les gamètes d’un donneur et/ou d’une donneuse (GPA partielle).

Les arguments en faveur de la légalisation

Plusieurs raisons justifient l’intérêt croissant porté à la légalisation de la GPA :

  • L’accès à la parentalité : La GPA représente souvent le dernier espoir pour certains couples ou personnes seules, confrontés à l’infertilité ou à des problèmes médicaux rendant impossible une grossesse. La légalisation encadrée de la GPA permettrait à ces personnes d’accéder à la parentalité, en garantissant le respect des droits et intérêts de toutes les parties.
  • La protection des mères porteuses : La légalisation de la GPA permettrait de mettre en place un cadre juridique strict encadrant les conditions dans lesquelles une femme peut accepter de porter un enfant pour autrui, tant sur le plan médical que psychologique. Cette régulation aurait pour effet de protéger les mères porteuses contre toute forme d’exploitation ou d’abus.
  • L’éthique : En l’absence d’une législation claire et cohérente, certaines personnes recourent à des pratiques éthiquement discutables, telles que la rémunération excessive des mères porteuses ou le recours à des pays où la législation est plus permissive. L’encadrement légal de la GPA permettrait de lutter contre ces dérives et garantirait une pratique conforme aux principes éthiques fondamentaux.
A découvrir également  La mise en demeure dans les litiges en matière d'immigration

Les mécanismes de régulation envisageables

Afin d’assurer une protection adéquate des droits et intérêts des parties concernées par la GPA, plusieurs mécanismes pourraient être mis en place :

  • Un cadre juridique précis : La loi devrait définir les conditions dans lesquelles la GPA pourrait être effectuée (indications médicales, âge minimal et maximal pour les mères porteuses, etc.). Il serait également nécessaire d’établir un statut clair pour les mères porteuses, afin de prévenir les risques d’exploitation et garantir leurs droits, notamment en matière de suivi médical et psychologique.
  • Un contrôle des agences de GPA : Les agences spécialisées dans la mise en relation entre les demandeurs et les mères porteuses devraient être soumises à un agrément et à un contrôle strict de la part des autorités compétentes. Ceci permettrait d’éviter les abus et d’assurer le respect du cadre légal et éthique.
  • La non-commercialisation : Afin de prévenir les risques d’exploitation financière, il serait essentiel que la GPA ne soit pas considérée comme une prestation de service rémunérée. Seuls les frais liés à la grossesse (frais médicaux, perte de revenus, etc.) devraient être pris en charge par les demandeurs.
  • L’accompagnement psychologique : Les mères porteuses devraient bénéficier d’un soutien psychologique avant, pendant et après la grossesse, afin de veiller à leur bien-être émotionnel et prévenir les conséquences néfastes sur leur santé mentale.

En somme, la légalisation encadrée de la gestation pour autrui s’avère être une solution qui pourrait permettre l’accès à la parentalité pour certaines personnes confrontées à l’infertilité ou à des problèmes médicaux rendant impossible une grossesse. Cette légalisation doit impérativement s’accompagner d’une régulation stricte afin de protéger les mères porteuses et garantir le respect des principes éthiques fondamentaux.

A découvrir également  Acte de naissance : qui peut en faire la demande ?